SHU HA RI 

   Une vision simple et opérationnelle de l’apprentissage qui décrit 3 états comportementaux par lesquels passe un individu quand il apprend de nouvelles techniques.
SHU HA RI est le principe d’apprentissage clé des arts martiaux japonais (aikido, judo, karaté…), et notamment de l’étude des katas.  

SHU : Suivre les règles (aussi pour les conserver et les protéger). On se concentre sur la tâche qu’on a à réaliser pour être en mesure de copier la technique. S’il existe plusieurs façons de faire, on se concentre uniquement sur l’une d’entre elles.Dans les arts martiaux : “le disciple se doit de suivre aveuglément l’enseignement de son Maître”

HA : Comprendre les règles . On comprend ce qui se cache derrière, on peut faire le lien avec d’autres pratiques et voir les limites de l’une ou l’autre.Dans les arts martiaux, le pratiquant peut à ce stade, prendre une grande liberté sur les formes apprises, connues. 

RI : Se détacher des règles, adapter. Les techniques sont intégrées, utilisées de manière appropriées, ajustées aux contextes, parfois même modifiées.Dans les arts martiaux, le pratiquant est désormais libre de ses choix et des ses orientations car il est devenu son propre guide.

 Shuhari est un concept issu des arts martiaux japonais qui décrit les 3 étapes de l'apprentissage. Il est parfois appliqué à d'autres disciplines comme le jeu de Go.

ShuHaRi peut se traduire par suivre les règles, comprendre les règles et transcender les règles.

  • Shu (守 : しゅ, "protéger", "obéïr") — sagesse traditionnelle - apprendre les fondamentaux
  • Ha (破 : は, "se détacher", "digresser") — casser avec la tradition — trouver les exceptions à la sagesse traditionnelle, trouver de nouvelles appproches
  • Ri (離 : り, "quitter", "se séparer") — transcender — il n'y a pas de technique ou de sagesse traditionnelle, tous les mouvements sont permis
 
        Shu Ha Ri peut être vu comme des cercles concentriques, avec le Shu dans le Ha,et le Shu et le Ha dans le Ri. Les techniques et connaissances fondamentales ne changent pas.
     Dans la phase Shu l'étudiant n'est pas encore pret à explorer différentes voies 2
Le concept Shuhari a été présenter en premier lieu par Fuhaku Kawakami (Jo-ha-kyū) dans le Tao of Tea. Par la suite, Zeami, le maître du Noh, a étendu le concept à sa danse comme le Shu-Ha-Ri, qui a été adopté comme concept par l'Aikido.